Journées dédiées aux femmes

25 novembre : journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

 
 
25 novembre : journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

Ce mercredi 25 novembre a lieu la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Cette année, le contexte de confinement a malheureusement accentué les tensions familiales, conduisant à une augmentation des violences (les signalements sur la plateforme en ligne « Arrêtons les violences » ont augmenté de 15% depuis le 30 octobre). 

Des dispositifs gratuits d’aide et d’urgence sont disponibles à toute heure pour les victimes et témoins de ces violences.

 Quels sont ces dispositifs ? 

-       Pour recevoir de l’aide et de l’écoute : le 3919, Violences Femmes Info, numéro anonyme et gratuit, disponible tous les          jours de 9h à 21h

-       Pour effectuer un signalement en ligne, anonyme et gratuit : la plateforme    arretonslesviolences.gouv.fr   est             disponible 24h/24 7j/7

-       Pour toute urgence : le 17(accessible par téléphone) et le 114 (par SMS), également disponibles tous les jours, 24h/24.

        En cas d’urgence, il n’y a évidemment pas besoin d’attestation de déplacement pour fuir

En France, l’égalité entre les femmes et les hommes a été érigée en grande cause du quinquennat par le Président de la  Républiquequi a rappelé à cet égard que tous les citoyens en sont acteurs, et que la lutte contre les violences faites aux femmes en est le préalable.

La journée du 25 novembre, consacrée journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, nous rappelle à quel point notre société est marquée profondément par ces violences quotidiennes, de plusieurs ordres : violences physiques, violences verbales, psychologiques, mutilations sexuelles, violences économiques et matérielles, violences administratives, mariages forcés.

  • En 2019, 146 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint, soit une tous les 2 jours et demi et 225 000 femmes ont subi des violences conjugales
  • Au moins 94 000 femmes sont victimes de viols ou de tentatives de viol chaque année. Il s’agit d’une estimation basse puisque seulement 12% de ces femmes portent plainte.

Actions menées, ce 25 novembre 2020

Ce 25 novembre 2020, plusieurs actions sont menées en partenariat avec la préfecture, dans le cadre de cette journée, et ce malgré le confinement :

  • 24 novembre 2020 : sensibilisation sur l'identification et l'accompagnement des victimes de violences conjugales. Cet événement, organisé par France Victimes 28, est à destination des professionnels, qui peuvent s'inscrire auprès de aviel28@orange.fr et qui aura lieu par visioconférence.
  • 25 novembre 2020 :
    • Le bus des femmes, au marché de Brou. Cette initiative permet aux femmes d'avoir un échange avec les travailleurs du Bercail - Fondation des Apprentis d'Auteuil pour parler de leur situation. Elles peuvent aussi être accompagnées et orientées dans leurs démarches.
    • Lancement du clip "Balance ton rap". Une classe de terminale du lycée de Couasnon de Dreux, a voulu par ce projet déconstruire les clichés sexistes du rap. Vous pourrez écouter leur titre sur la page facebook "Balance ton Rap".
  • 1er décembre 2020 : lancement de la campagne numérique #AmourSansViolence par le CIDFF28. Cette action vise à mobiliser les jeunes de 15 à 25 ans contre les violences au sein des relations amoureuses. Les professionnels d'Eure-et-Loir peuvent également bénéficier du dispositif en participant à la visioconférence organisée par le CIDFF (inscriptions auprès de permanence28@orange.fr )

Une belle action lancée également ce 25 novembre :  Balance ton rap

Les jeunes aussi se mobilisent. A Dreux, des lycéens vont à l'encontre des clichés sexistes dans leur son "Balance ton rap"

Un clip, un titre, un bel exemple de rap engagé et féministe !

Vous pouvez l'écouter en cliquant sur ce lien :  https://youtu.be/qvo7w8r-JLo

Pourquoi un clip :

Le projet de clip porté par Véronique Mériadec, et son association Les lumières de la ville, correspondait à un besoin identifié lors du Grenelle de lutte contre les violences conjugales, notamment à Dreux. Les participants avaient fait remonter un besoin pressant de contrer la culture pornographique et sexiste véhiculée dans la culture jeune, et le rap en particulier.

Il a donc été décidé de créer avec les jeunes une "vidéo virale" reprenant leurs codes afin de diffuser des messages contrant les stéréotypes sexistes et dénonçant les violences.

Ainsi, des élèves de terminale du lycée de Couasnon à Dreux ont enregistré un clip pour lutter contre les préjugés sexistes. Il a pu être réalisé avec l'aide d'un rappeur et réalisateurs professionnels et de la professeur de la classe, madame Perennes.

Le clip a été financé par différents organismes : droits des femmes et égalité, politique de la ville, fonds interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation et la caf.