DECLINAISON TERRITORIALISEE DES MESURES DE LA RELANCE EN EURE-ET-LOIR

 
 
DECLINAISON TERRITORIALISEE DES MESURES  DE LA RELANCE EN EURE-ET-LOIR

Les mesures d'urgence et de soutien aux entreprises et de relance en Eure-et-Loir sont déclinées, ci-dessous

 

I. Le soutien apporté par l’Etat aux entreprises et aux acteurs économiques pendant la crise Covid-19

 

Le « quoiqu’il en coûte » s’est traduit par le déploiement d’un plan massif de sauvegarde de l’économie dont a largement bénéficié l’Eure-et-Loir :

  • près de 15% des salariés du secteur privé en avril 2021 était en activité partielle ;
  • 12 630 dossiers de recours à l’activité partielle ont été déposées dans le département depuis mars 2020 pour un montant cumulé de 100 millions d’euros (701 millions au niveau régional) ;

Le fonds de solidarité - 8449 entreprises bénéficiaires, 107 millions d’euros pour plus de 36 000 aides versées - a été très largement sollicité pour compenser les pertes d’activité générées par les restrictions sanitaires et la chute d’activité. Les secteurs d’activité de l’hébergement – restauration ainsi que le commerce sont les secteurs les plus aidés pour respectivement 38 M d’€ et 16 M €.

En juin, juillet et août, le fonds de solidarité est adapté. Sont concernées :

 

-          les entreprises qui continuent à subir une interdiction d'accueil du public ;

 

-          les entreprises appartenant aux secteurs Hôtels, cafés, restaurants, culture, sport, tourisme.

 

L’ État en lien avec l’ensemble des partenaires de l’entreprise (représentants des entreprises, banques, professionnels du droit et du chiffre), engage par ailleurs cet été un plan d’action pour soutenir les entreprises en sortie de crise, principalement destiné aux entreprises qui connaîtraient des fragilités financières.

2700 entreprises dans le département dont 50% des TPE euréliennes ont eu recours fin 2020 au mécanisme de Prêt Garanti par l’Etat (PGE) principalement dans les secteurs de la restauration, de l’hôtellerie, des commerces et de la réparation automobile.

 

II. Déploiement de France Relance en Eure-et-Loir 

 

i. Accord départemental de relance et dotations de soutien à l’investissement local (DSIL, DSID, DETR)

 

Le Ministre Olivier DUSSOPT et le Président du Conseil Départemental, Claude TEROUINARD, ont signé un accord départemental de relance au mois de mai dernier, actant l’engagement du département de plus de 100 millions d’euros pour l’année 2021 en faveur des trois grandes priorités du Gouvernement (Ecologie, Cohésion, Compétitivité). L’Etat de son côté mobilise en sus des appels à projets nationaux, près de 23 millions d’euros de dotations de soutien à l’investissement des collectivités (10,6 millions d’euros de DSIL, 8,9 millions de DETR, 3,4 millions de DSID).

Sur l’arrondissement de Châteaudun, 79 dossiers ont été éligibles à une subvention DETR/DSIL et 46 ont pu être financés pour un montant de 2 263 226 euros :

 

-          1 414 515 euros pour la DETR ;

-          359 954 euros au titre de la DSIL ;

-          488 757 euros au titre de la DSIL Relance ;

 

Les deux tiers des dossiers concernent des communes de moins de 2000 habitants, les financements ayant été orientés prioritairement sur :

  •  La remise aux normes des réseaux d’eau et d’assainissement ;
  • Des opérations liées à la rénovation énergétique des bâtiments ;
  • Des actions prévues au titre de la démarche de revitalisation des centres bourgs ;
  • Des actions arrêtées dans le cadre du contrat de ruralité ;

 

7 périmètres ont été définis pour les Contrats de Relance et de Transition Ecologique (CRTE) : Chartres – Métropole, Portes Euréliennes d’IDF, Cœur de Beauce, Entre Beauce et Perche, Pays Dunois, PETR du Perche, Pays de Dreux.

Le CRTE dans l’arrondissement de Châteaudun est porté par le syndicat du pays Dunois qui regroupe 42 communes des deux intercommunalités du Grand Châteaudun et du Bonnevalais. La réunion de lancement a permis de dégager un diagnostic territorial intéressant et des échanges sont en cours, avec les Présidents des EPCI, pour arrêter les priorités portées par le Pays. Une signature est envisagée aux alentours de la mi-juillet.

 

ii. France Relance dans le département

 

En Eure-et-Loir, 15 286 lauréats (entreprises, collectivités, particuliers) ont bénéficié des dispositifs du plan de relance pour un montant total de 172 863 830 euros dont 101 millions pour la compétitivité, plus de 22 millions pour la cohésion, et plus de 48 millions pour l’écologie.

  •  4,2 millions au titre de l’appel à projets « Soutien à l’investissement industriel dans les territoires » - 13 entreprises euréliennes lauréates dont 2 (Crock, Denis) dans l’arrondissement de Châteaudun / territoire d’industrie de la vallée du Loir.

 

  • 7,3 millions au titre de l’appels à projets « aide à l’investissement de l’industrie du futur » - 38 entreprises lauréates dont 4 (Procidec, Rassinoux, Denis, Trelec industrie) dans l’arrondissement de Châteaudun.

 

  • 6,7 millions au titre de l’appels à projets « fonds de modernisation des filières aéronautique et automobile » dont France Bobinage et PAULSTRA à Châteaudun.

 

  • 10,2 millions au titre de l’appels à manifestation « Capacity » qui ont bénéficié au projet « capacité de remplissage vaccin Covid19 » pour l’entreprise DELPHARM à St-Rémy-sur-Avre.

 

13% du montant des aides a été alloué dans le cadre du plan de relance à la cohésion. Dans le cadre du plan d’investissement en santé, 15 établissements ont bénéficié d’aides pour un montant de 2 530 000 euros.

 

20 sites ont été lauréats de l’appel à projets pour la rénovation énergétique des bâtiments de l’État pour un montant total d’aides de 4 467 074 euros : dans ce cadre, la trésorerie le centre des finances publiques de Châteaudun, qui a regroupé les services de Bonneval, bénéficie d’un important programme d’investissements pour un montant de 650 000 euros à l’occasion de l’installation du premier pôle national de contrôle à distance des particuliers (+28 agents en 2021)

4 emplois de contractuels de catégorie A sont offerts à Châteaudun pour une prise de poste le 1er septembre prochain à l’occasion de la création du  nouveau Pôle national de contrôle fiscal à distance des particuliers (à terme entre 35 et 40 emplois).

 

iii. Les mesures spécifiques à l’emploi

 

Sur les 100 Milliards € du Plan de relance, 6,5 Milliards sont affectés au Plan #1jeune1solution qui vise les jeunes 16/25 ans, et mobilise les opérateurs de l’Etat du plan de sauvegarde de l’emploi (pôle emploi, cap emploi, missions locales) au bénéfice du public des moins de 26 ans avec pour objectif d’offrir en 2021 près de 4000 parcours d’insertion aux jeunes en Eure et Loir (garantie jeune, insertion par l’activité économique, accompagnement intensif…).

 

Au 31 mai 2021, 360 jeunes étaient entrés en Garantie Jeune au sein des trois missions locales du département er 922 en PACEA (Parcours Contractualisé d’accompagnement vers l’emploi et l’autonomie). Par ailleurs, l’Etat mobilise fortement l’accompagnement à l’emploi via les contrats aidés (parcours emploi compétences associant un triptyque emploi-formation-accompagnement) :

456 contrats aidés ont été signés dans le département, dont 270 au bénéfice d’un public demandeur d’emploi de moins de 26 ans.

En outre, au 18 juin en Eure et Loir, 60 emplois francs ont été signés et 2434 demandes de versement de l’aide à l’embauche d’un jeune ont été déposées par les entreprises (4 000 euros par an sur deux ans pour un CDI à temps plein – aide proratisée dès CDD de plus de six mois).

 

Retrouvez l'interview accordée par le préfet F. Souliman à l'Echo Républicain :