Aide aux victimes

 
 
gendarmerie2

L'aide aux victimes, une priorité :

La loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure du 29 août 2002 rappelle que « l’accueil, l’information et l’aide aux victimes sont pour les services de sécurité intérieure une priorité ».

Ce principe se décline à travers l'application de la charte de l’accueil et de l’assistance aux victimes, l'instauration d'un réseau de correspondants et le développement d'initiatives ou de partenariats novateurs.

Le respect des engagements de la charte de l'accueil du public et de l'assistance aux victimes.

La charte de l’accueil du public et de l’assistance aux victimes est apposée dans toutes les unités de gendarmerie recevant du public.

La gendarmerie :
* reçoit la plainte même si l'unité n'est pas territorialement compétente ;
* domicilie le plaignant à l'unité si besoin.
* La gendarmerie renseigne le plaignant sur :
* le service effectivement chargé de l'enquête ;
* la transmission de la procédure au parquet ;
* le suivi de l'enquête ;
* ses droits à réparation ;
* les associations d'aide aux victimes agréées par les services publics.

L'instauration d'un réseau de correspondants départementaux :

Dans chaque département, la gendarmerie dispose d'un officier prévention partenariat chargé de suivre et d’animer, en partenariat avec les différents acteurs locaux (services de l'Etat, collectivités territoriales, structures associatives...), l’action menée dans ce domaine de l'aide aux victimes et de veiller à la diffusion de l'information. Assumant la fonction de correspondant d'aide aux victimes et de correspondant départemental de lutte contre les violences intrafamiliales, cet officier s'assure de la pertinence de la réponse apportée par la gendarmerie au plan local.

Une participation active dans le cadre d'actions partenariales variées

Le développement des partenariats avec les collectivités territoriales et les associations d’aide aux victimes contribue à l'amélioration de l'accueil du public et de l'accompagnement des victimes.

En application des conventions signées par le ministère de l'intérieur avec certaines fédérations nationales d'associations d'aide aux victimes, des partenariats locaux étroits se mettent en place et permettent d'améliorer la coordination des différents acteurs impliqués dans la prise en charge et l'accompagnement des victimes.

Depuis 2004, la gendarmerie encourage l'installation d'intervenants sociaux dans ses unités, en liaison avec les collectivités territoriales, les services de l'Etat, les associations. Ce dispositif comptant en 2008 46 professionnels répartis dans 36 départements et territoires de métropole et d'outre-mer, s'inscrit dans une double finalité d'amélioration de la prise en charge des victimes et de prévention générale en faveur des personnes se trouvant dans une situation de détresse sociale.

Correspondant départemental de la gendarmerie pour l'aide aux victimes sur le département d'Eure-et-Loir :
Le lieutenant-colonel Dagnicourt
Groupement de gendarmerie départementale d'Eure-et-Loir.
02 37 91 73 40

08 Victimes,
Un numéro unique pour toutes les victimes d'infractions, quelle que soit la forme de l'agression ou le préjudice subi.

Le 08VICTIMES est un numéro non surtaxé, disponible 7 jours sur 7 de 9h à 21h. En dehors de ces horaires, vous pouvez les joindre via la messagerie électronique 08victimes@inavem.org .

En savoir plus sur le site internet du ministère de la Justice